RECIT - Un randoballeur sur le chemin de St-jacques-de-Compostelle

Publié le par Rando'Ball

Quelques randonneurs se sont lancés dans cette aventure « le chemin de St-jacques-de-Compostelle »  en solo ou à deux, parmi nos rando’balleurs  il en est un qui est arrivé au but Guy Desmé bravo à lui

 

Bonjour de Saint Jacques de Compostelle où je suis arrivé hier après 820km parcourus depuis mon départ d'Irun le 17 juillet. À bientôt. Bise. Guy
Pour les photos à l'intérieur de la cathédrale il faudra attendre la fin des travaux de restauration prévue avant le jubilé du 25 juillet 2021.

 

RECIT - Un randoballeur sur le chemin de St-jacques-de-Compostelle

 

Photo avec les amis du chemin ( de droite à gauche : Danois, Américain, Autrichien et Allemand)

 

 

RECIT - Un randoballeur sur le chemin de St-jacques-de-CompostelleRECIT - Un randoballeur sur le chemin de St-jacques-de-Compostelle

Place devant la cathédrale où se retrouvent les pèlerins à leur arrivée à Saint Jacques

 

 

 

RECIT - Un randoballeur sur le chemin de St-jacques-de-CompostelleRECIT - Un randoballeur sur le chemin de St-jacques-de-Compostelle

    Eglise San Francisco où sont célébrées les messes pendant les      travaux dans la cathédrale

                    

RECIT - Un randoballeur sur le chemin de St-jacques-de-CompostelleRECIT - Un randoballeur sur le chemin de St-jacques-de-Compostelle

Le personnage de saint Jacques

Fils de Zébédée, frère aîné de saint Jean l’Evangéliste et pêcheur sur le lac de Tibériade, saint Jacques le Majeur est l’un des premiers apôtres du Christ. Après la Crucifixion, il part prêcher la bonne parole, peut-être dans la péninsule Ibérique.

A ce sujet, une controverse s’est installée entre les historiens sur la réalité de sa prédication en Espagne. Sa présence pour évangéliser la péninsule ibérique est en effet mentionnée tardivement : vers l’an 400 par saint Jérôme, puis vers 650, dans des textes byzantins. De plus, la légende de la Translation ne date que de 850-900. 

Saint Jacques revient ensuite à Jérusalem où il est décapité vers 44, sur ordre du roi Hérode Agrippa. 

Les connaissances sur sa vie sont ténues : il n’est cité que 17 fois dans les textes bibliques. Depuis la fin du XIXe siècle, certains historiens mettent en doute sa présence évangélisatrice en Espagne et la réalité de sa sépulture en Galice.

L’image la plus traditionnelle, qui apparaît au XIIe siècle, est celle du pèlerin. Il est alors représenté vêtu d’un long manteau, d’un chapeau à large bord orné d’une coquille Saint-Jacques (attribut le plus récurrent depuis le XIIe siècle, qui représente l’accomplissement du pèlerinage et récompense l’arrivée à Compostelle), muni d’une panetière (sac pour le pain, les provisions) et d’un bourdon. Le bourdon servait d’arme contre les dangers, de gaule pour le ramassage des fruits, d’appui pendant la marche.

jacques T

Publié dans Récit

Commenter cet article

Guy Desmé 23/08/2019 11:53

Merci Dominique et Saint Jacques !!!!